INTERGEM à Idar-Oberstein, tout est dans la confiance

Dans le négoce des pierres, la confiance ne se négocie pas. Les professionnels se sont rencontrés sur le salon INTERGEM à Idar-Oberstein sur ce thème majeur

Cette année, le salon Intergem - 30 septembre au 3 octobre à Idar-Oberstein* – a décidé de parler de la confiance, entre autres sujets. Le thème convient parfaitement à ce salon connu pour concentrer les professionnels du monde entier réputés pour leur intégrité et leur expertise.

bestof1

Albath, Aachen, quartz rutiles

“A INTERGEM, tous les experts sont là, c’est une occasion exceptionnelle” affirme le Directeur Général du salon, Kai-Uwe Hille. “La période actuelle est pleine d’incertitudes, les marchés sont de moins en moins transparents, il y a la concurrence d’Internet…donc pouvoir compter sur de vrais experts, des structures familiales établies de longue date et connues pour leur intégrité, et non des sociétés dont vous n’avez jamais entendu parler, tout cela est essentiel. C’est pourquoi cette année, notre programme d’échanges et de débats sera orienté sur la notion de confiance”.

Christian Klein, qui travaille pour le diamantaire Ph. Hahn, confirme l’importance du sujet. “De nombreux concurrents vendent des diamants sur Internet avec un certificat d’expert mais la qualité de l’évaluation est douteuse et le classement ne permet de le vendre au meilleur prix. Plusieurs qualités de diamants peuvent être mélangées dans un même lot, voire même des synthétiques venant d’Asie et non identifiés comme tels”. C’est pourquoi chez Ph. Hahn Söhne, nous contrôlons chaque pierre.

bestof3

 C. F. Arnoldi, Idar-Oberstein,grenats tsavorites

Mais les pierres de couleur posent aussi des problèmes. Dans leur cas, on n’utilise pas le système des 4 C. Avec les pierres de couleur, la large panoplie des tailles et des formes est un vrai sujet. Il y a les goûts des marchés qui diffèrent d’un pays à l’autre mais aussi les méthodes de traitement des gemmes qui influent plus ou moins sur le prix de vente” dit Claudio Milisenda du German Gem Lab (DSEF). “Tous ces facteurs rendent compliquée l’harmonisation des standards internationaux en termes d’évaluation des pierres de couleur”. Achim Grimm – société Hermann Grimm – a bien identifié le problème. “Pour certaines pierres, la provenance détermine la valeur, comme par exemple la tourmaline Paraíba”. Celles qui viennent du Brésil ont beaucoup plus de valeur que celles qui viennent d’Afrique (type Paraíba).

Paraiba2_CF_ArnoldiC. F. Arnoldi, Idar-Oberstein, Tourmaline type Paraiba d’Afrique

Idem pour les rubis lorsqu’ils viennent du Myanmar (Birmanie). Le traitement des pierres a donc une importance cruciale dans la valeur. Il est admis que les rubis et les saphirs soient chauffés. Ce traitement peut même se faire sans obligation de déclaration. Cependant, si l’amélioration de la couleur est faite par diffusion ou remplissage de verre au plomb, la valeur de la pierre n’est plus la même et le client doit être prévenu. C’est justement là qu’intervient la notion de confiance. Si le client achète sa pierre à un négociant ou un lapidaire établi depuis longtemps à Idar-Oberstein, il peut le faire les yeux fermés, même sans si la pierre n’est pas certifiée.

bestof8

Karl Faller e.K., Kirschweiler, taille de pierres

Ca devient plus compliqué avec les opales par exemple, comme l’explique Tanja Schütz de Emil Weis Opals. “Aucun laboratoire ne peut dire avec certitude d’où vient une opale. Pourtant, c’est très important pour nos clients”.

bestof13

Emil Weis, Kirschweiler, opales noires d’Australie 

“Dans le business des pierres de couleur, la confiance compte par-dessus tout”, affirme Nicole Ripp de Groh + Ripp. Le marché est assez déséquilibré en termes d’offre et d’information. Chez nous, nous mettons l’accent sur une transparence absolue. Les clients doivent savoir exactement ce qu’ils achètent”.

Tout cela ne confirme qu’une seule chose: dans le négoce des pierres, la confiance ne se négocie pas. Idar-Oberstein et le salon INTERGEM tiennent à le rappeler.

*Les deux villes de Idar et Oberstein, dans le Sud-Ouest de l’Allemagne, possèdent chacune un musée minéralogique de pierres semi-précieuses. Idar-Oberstein est mondialement connue pour être une plaque tournante de la transformation et du négoce de pierres, en particulier de pierres fines. La présence de cette industrie et de ce savoir-faire dans le domaine des gemmes s’explique car dès 1548, une véritable industrie de l’agate a fait la richesse de la région. La rivière qui traverse la ville permettait de faire tourner les meules de polissage en continu. Ces mines sont aujourd’hui épuisées. Idar-Oberstein importe des pierres du monde entier, en particulier du Brésil.

Photo de page d’accueil : INTERGEM Albath, Aachen, quartz rutiles

 

Traduction IsabelleHossenlopp

Publié dans l’OFFICIEL Horlogerie & Bijouterie sept-oct 2017

Les photos sont la propriété des marques. Tourte reproduction des photos et textes est interdite.